Eloge du flou

Ceux qui écrivent savent, ceux qui tournent savent, ceux qui financent savent. Dans la plus tempétueuse des aventures, dans la plus horrible affaire criminelle, dans la guerre la plus atroce, tout est clair, maîtrisé, expliqué. Tandis que la vie n’est faite que d’incertitudes, de doutes, d’angoisses, il n’y a ni ombres ni flous sur l’écran. Le spectateur paye sa place pour sortir rassuré. Le cinéma agit ainsi comme un formidable anxiolytique et un tout aussi formidable moyen de contrôle des masses.