Web perdu

Un même thème qui revient ; ce Web que nous aurions perdu.

Je ne pensais pas voir ça si vite ; nous avons maintenant notre Atlantide, notre âge d'or.

I like it when people much younger than me sound a lot older. the "web we lost"? We didn't lose anything, you just voluntarily stopped using things. You don't have to use facebook or twitter or adsense or any of the things Dash lamented about. The web is what you want it to be, if you're not happy with how it works for you, it's pretty much your choice

Il ne tient qu'à nous, non pas à éduquer les utilisateurs mais à leur proposer mieux selon des critères qui nous semblent plus justes.

Il y a toujours une alternative et si elle n'existe pas, elle ne demande qu'à être créée.

Comments

karl 4 years, 9 months ago

Avec l'ironie supplémentaire des commentaires de Anil Dash... sur Facebook.

karl 4 years, 9 months ago
Emmanuel 4 years, 9 months ago

> Il y a toujours une alternative et si elle n'existe pas, elle ne demande qu'à être créée.

Mais c'est insuffisant. Je pense à Twitter. L'alternative existe, elle s'appelle par exemple Identi.ca, mais c'est trop tard, c'est Twitter qui a gagné. A part quelques idiots comme moi qui pensent encore que cela peut être important, même les leaders du web Libre ont laissé tomber (et s'en fichent finalement non ?). J'arrête là, le cynisme pointe.

Olivier 4 years, 9 months ago

Karl, oui je l'avais lu et apprécié les précisions plus posées.

Emmanuel, le cas Identi.ca (et Disapora aussi) présentent un énorme intérêt ; ils permettent de se demander pourquoi ça n'a pas fonctionné. Je vois au moins déjà une raison : ils ont reproduit les fonctionnalités de leurs concurrents, sans grand chose de plus.

Emmanuel 4 years, 9 months ago

Effectivement les fonctionnalités sont identiques, et la présentation plus rustique aussi (cela joue). Et puis les outils pour manipuler Identi.ca/Diaspora sont sans doute moins importants (l'extension Firefox ne fonctionne plus depuis des lustres par exemple).
Malgré cela, à fonctionnalités égales, les points différenciant (licence) n'ont pas réussi à se faire suffisamment entendre, ce que je trouve dommageable.

Tristan 4 years, 9 months ago

> Il ne tient qu'à nous, non pas à éduquer les utilisateurs mais à leur proposer mieux selon des critères qui nous semblent plus justes.

> Il y a toujours une alternative et si elle n'existe pas, elle ne demande qu'à être créée.

J'aime cette approche optimiste, mais n'oublions pas le problème de la gratuité. "Free is hard to beat", lis-t-on ici et là. Effectivement, c'est difficile de proposer un meilleur produit, au même prix, en refusant le business model toxique de la monétisation des données des utilisateurs. sans contrôle de leur part.

Je préfère payer que d'avoir un service gratuit, mais je suis minoritaire et je risque de le rester, d'autant plus que payer ne m'assure pas que le service ne monétise pas mes données en plus de me faire payer...

--Tristan

Tristan 4 years, 9 months ago

> Je pense à Twitter. L'alternative existe, elle s'appelle par exemple Identi.ca, mais c'est trop tard, c'est Twitter qui a gagné. A part quelques idiots comme moi qui pensent encore que cela peut être important, même les leaders du web Libre ont laissé tomber (et s'en fichent finalement non ?).

Personnellement, je ne m'en fiche pas du tout. Mais oui, Twitter à gagné contre Identi.ca. Et la raison pour laquelle je suis sur Twitter et plus Identi.ca, c'est que l'audience n'a jamais été en faveur d'Identi.ca. Faire pareil, au même prix (gratuit) mais en moins bien (pas d'audience), ça ne pouvait pas marcher. Et vu la difficulté d'avoir des conversations depuis Identi.ca avec des gens sur Twitter, ça en a fait une cause perdue. Par ailleurs, Twitter était à l'époque "open enough", donc promettait d'être un genre de plateforme neutre sur laquelle on pouvait se connecter. Donc on est tombé dans le piège... Twitter a fini par se refermer (chasse aux logiciels clients, bridage des APIs, baston avec Instagram...). Quel gâchis !

--Tristan

Nico 4 years, 9 months ago

Ces "web perdus" ou ces grandes annonces de "c'était mieux aaaaaaaavaaaaaant", ça me fait doucement rire : le Web, il ne s'est pas perdu tout seul, il faut bien des gens qui font le choix de laisser tomber des services et/ou des technos.

Personnellement, je rejoins l'avis énoncé ci-dessus, je dirai même que le temps qu'on passe à se plaindre de tel truc peut être utilisé à promouvoir autre chose de mieux. Par contre, oui, ça demande un peu d'efforts, typiquement, ceux qui critiquent Twitter peuvent également s'occuper d'écrire sur un blog et/ou de commenter.

Après il faut relativiser, ce sont souvent des périodes : il y a eu la folie des forums, des blogs, des réseaux sociaux, mais ces folies finissent toujours par lasser : certains réseaux sociaux commencent déjà à être sur la pente descendante.

RSS revient à la mode, j'ai jamais eu autant de commentaires sur mon site, donc c'est à relativiser.

Et puis, il ne faut pas s'offusquer : ces réseaux sont tellement en besoin de notoriété qu'ils sont prêts à tout faire pour qu'on les utilise, même à ce qu'on invite les utilisateurs à aller ailleurs. :)

Olivier 4 years, 9 months ago

Tristan, chez Mozilla, on a prouvé il y a quelques années qu'on pouvait aller sur les terres d'un outil gratuit en situation de monopole et le renverser. Le secret étant que l'alternative était bien meilleure. Vous allez (je l'espère vraiment) prouver qu'on peut faire la même chose sur mobile. Donc non, pas de résignation. L'utilisateur se moque des états d'âme d'une poignée de geeks ; on peut trouver ça dommage mais c'est comme ça.

À charge de ceux qui veulent changer les choses de proposer 100 fois mieux :)

Nico, entièrement d'accord avec toi. D'ailleurs, je suis assez content d'avoir des commentaires sur un billet dont je n'ai pas parlé sur Twitter.

Stéphane Deschamps 4 years, 9 months ago

Au passage, pour alimenter le débat, ce qui fait que j'ai négligé identica c'est aussi que sa plateforme supporte très, très mal Opera Mini, là où le résultat est excellent avec Twitter. Comme mon usage est très lié à la mobilité, boum.

C'est aussi une réponse sur les raisons de l'échec : non prise en compte d'un contexte important d'usage.

tetue 4 years, 9 months ago

@Nico : « il faut bien des gens qui font le choix de laisser tomber des services et/ou des technos » : il y a juste une marée de gens ignorants des problématiques et qui vont au plus simple. Il ne sont ni malveillants ni cons. Juste pragmatiques.

Il faudrait faire plus de pédagogie, proposer mieux, comme Firefox : « chez Mozilla, on a prouvé il y a quelques années qu'on pouvait aller sur les terres d'un outil gratuit en situation de monopole et le renverser ».

@Tristan : je crois que je préfère aussi payer. En argent, plutôt qu'en temps ou en vie perso.