Auschwitz Birkenau

Avant le face à face avec l'horreur, il y a des bancs.

Après ma visite, j'ai voulu m'y assoir, et pleurer. Mais je n'avais déjà plus aucune larme.